Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Sandrine Garcia et Anne-Claudine Oller

Sandrine Garcia et Anne-Claudine Oller « Réapprendre à lire : un jeu d'enfant ? »

C'est dans un train que les deux sociologues et chercheuses Sandrine Garcia et Anne-Claudine Oller se sont rencontrées. Depuis, elles ont décidé de mener ensemble une expérimentation concluante pour améliorer les méthodes d'apprentissage de la lecture aux enfants tout en réduisant les clivages sociaux.

Dans leur livre « Réapprendre à lire : de la querelle des méthodes à l'action pédagogique » Sandrine Garcia et Anne-Claudine Oller font un constat sévère des méthodes d'apprentissage de la lecture mises en place dans les écoles. Sans chercher à porter un jugement de valeur, leur volonté première est de donner un déchiffrage explicite de toutes ces méthodes et de découvrir pourquoi elles ont ou n'ont pas marché. Elles nous parlent également de l'expérimentation qu'elles ont menée pendant trois ans dans une école mixte socialement et une école populaire. L'expérimentation consistait à mettre en place des ateliers de renforcement pour les élèves les plus en difficultés, mais aussi un suivi pédagogique, allant jusqu'à mettre à contribution les parents des élèves concernés. La méthode des deux sociologues se base sur la répétition et l'entraînement. Elles cherchent, par cette méthode, à pousser les enfants à déchiffrer ce qu'ils lisent et non les laisser deviner car il a été prouvé qu'après une longue session d'apprentissage, les enfants ne cherchent plus à déchiffrer mais tentent de deviner ce qu'ils ont sous les yeux.

Ainsi, après seulement un an d'étude, Sandrine Garcia et Anne-Claudine Oller avaient déjà pu constater des résultats plus que satisfaisants car elles sont arrivées, à la fin de l'année scolaire, à un taux d'enfants en difficulté de lecture inférieur à 20% tandis que l'école témoin mixte socialement était à un taux de 50%. Les deux intervenantes insistent sur le fait qu'elles ne cherchent pas, derrière ces résultats, une « rentabilité libérale » mais veulent montrer qu'il est possible de trouver des solutions pour réduire les écarts de niveaux entre les élèves d'une même classe.