Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Jean-Claude Barreau

Parler de migration aujourd'hui est inexact, cela implique de changer de pays par peuple entier. Le migrant passe et s'en va, l'immigrant change d'histoire, il quitte son pays pour s'installer ailleurs.

« S'interroger sur les flux migratoires n'a rien de xénophobe. Pourtant, c'est un sujet dont on n'aime pas parler ».

Car l'immigration, comme tout fait humain, possède une double face : il y a donc une immigration heureuse et une plus difficile.

Elle est heureuse dès lors qu'un « flux modéré enrichit le fleuve national » et que « l'assimilation, essentielle, s'impose ».

La révolution idéologique, le politiquement correct l'ont rendue difficile. « Nos dirigeants ne sont plus patriotes et il y a beaucoup d'hypocrisie chez les bien-pensants ». Or pour aimer les autres, il faut s'aimer soi-même.

« La France est le peuple le moins raciste du monde. Si aujourd'hui les Français se sentent menacés, c'est que l'on exige rien des nouveaux arrivants. Quand une République est forte, l'assimilation est inévitable ».