Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Raphaël Enthoven

Tout petit, à la mort de Sartre, Raphaël Enthoven découvre que cette « entité surnaturelle avait vécu, aimé et même trouvé le moyen de mourir ! ». En Khâgne, il a le sentiment d'être compris de gens morts depuis très longtemps.

Lui, pour qui la philosophie est « Un jeu d'enfant », aime à répéter que chacun d'entre nous, pour peu qu'il regarde le monde indépendamment de soi, est capable de transformer un phénomène qui ennuie et lui substituer la joie d'une découverte. Faire de la philosophie, « c'est remplacer le combat par le débat », c'est découvrir qu'il existe des textes qui répondent à nos interrogations. « Dans ce cas, deux options : soit on se prend pour Platon, soit on prend conscience que l'on n'a rien d'extraordinaire ».

Et quand on lui demande ce qui l'illumine, la réponse fuse : « les souvenirs involontaires. Ce qui reste, surnage... Quelque chose d'imprévu... Ces petites trouvailles qui font que l'on sait pourquoi on a vécu... finalement ce qui fait la différence entre réussir sa vie et dans la vie ».