Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Tanella Boni

Conférence de Tanella Boni sur le thème de "Passions et violences guerrières"

« On fait la guerre parce qu’on s’aime soi-même », affirme Tanella Boni, originaire de Côte d’Ivoire, professeur de philosophie à la Sorbonne, Docteur d’état et auteur d’une trentaine de livres. Selon l’écrivaine, une personne qui pense détenir la vérité provoque la guerre pour détruire l’autre. Elle détruit l’autre, ce qu’il y a autour et crée le KO. « Est-ce une passion dévorante ? » s’interroge-t-elle. À cette question, elle répond par l’affirmative tout en considérant cette passion comme néfaste, d’autant que la violence anéantit la rencontre avec l’autre. En tant que femme, elle assure que ces dernières paient un lourd tribut à la guerre, notamment les femmes africaines. Ce continent étant confronté à d’énormes tensions. « Les femmes africaines ne sont pas les seules à subir les atrocités de la guerre, témoigne-t-elle. Néanmoins, ces dernières doivent se battre chaque minute pour survivre, sinon elles meurent. » Tanella Boni considère que le pilon utilisé en cuisine est leur seule arme. « Elles n’ont pas la chance de disposer des mots, comme je le fais, pour cheminer vers une oasis apaisante », ajoute-t-elle. Au-delà de la bataille quotidienne menée par les Africaines, d’autres combats touchent aujourd’hui les autres continents. Elle cite notamment celui mené contre le harcèlement. « Cette bataille est universelle, dans chaque espace. Les femmes se battent encore aujourd’hui pour exister dans ce monde », conclut-elle.