Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Frédéric Beigbeder

Frédéric Beigbeder

Ecrivain, critique littéraire et réalisateur, Frédéric Beigbeder est revenu pour nous sur l'écriture de son dernier livre Oona et Salinger. Rencontre animée par Philippe Lapousterle.

 

« Le bonheur dure 3 ans »

De la réalité à la fiction

Fiction avec des personnages réels, c'est la première fois qu'un de ses livres ne parle pas de lui, même s'il est nourri de lui et de ses idées. Ce roman, c'est son regard sur l'histoire. A partir de moments d'histoires et de faits existants, il a ainsi puisé dans son imagination pour recréer de toutes pièces la correspondance entre ses héros.

Un livre, un auteur

Un livre serait moins intéressant s'il n'y avait pas une personne derrière. Ce livre rend hommage à Salinger, son idole, pourtant éloigné de sa personnalité. Son refus des médias le rend tellement énervant et fascinant en même temps. Pour Salinger, seul le texte suffit, il a confiance en son métier d'écrivain pur.

Un auteur assagi ?

Pourquoi écrire un roman à notre époque où nous avons des films ou des séries ? Le roman permet de raconter des histoires que l'on ne peut pas raconter normalement. Il permet de désobéir, d'être irrespectueux.

Avec le temps, Frédéric Beigbeder s'assagit-il ? Pas forcément. Avoir une vie bien rangée permet-elle de bien écrire ? Pour lui, l'écriture vient au fur et à mesure, il faut se concentrer. « Cela prend du temps d'avoir quelque chose à dire ».

Ne devrait-il plus sortir la nuit ? Mais la nuit est compatible avec l'écriture, la nuit a toujours inspiré les écrivains. Cependant, pour écrire Oona et Salinger, le parisien a mis en suspens sa vie nocturne pour prendre le temps d'écrire et a posé ses valises à Pau, Guéthary et la Suisse.

Frédéric Beigbeder ne change donc pas vraiment, il devient un peu plus sage mais aime toujours autant manier le cynisme qui lui est cher. Le cynisme « c'est dire la vérité en face de manière désagréable » car dire des choses vraies, c'est le rôle de l'écrivain.