Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Frédéric Lenoir

Frédéric Lenoir

Rencontre avec Frédéric Lenoir animée par Philippe Lapousterle

«La vie intérieure, chemin de bonheur ?»

Philosophe, sociologue, conférencier et écrivain, Frédéric Lenoir se définit comme un « symptôme » en précisant que le succès de ses livres s'inscrit dans celui d'autres ouvrages sur le bien-être. « La philosophie est revenue dans la rue ! » se réjouit-il.

Pour lui, écrire un livre, c'est comme « jeter une bouteille à la mer, on ne sait pas qui va le lire ».

Frédéric Lenoir aime rencontrer son public très hétérogène, mais qui au final, partage la même interrogation : « qu'est ce qu'une vie réussie ? » Pour l'auteur, le propre de l'humain est de s'interroger.

Même si les Français ont la réputation d'être pessimistes et râleurs, 70 % des personnes sont satisfaites de leur vie. « C'est ce qu'il faut retenir ! » insiste-t-il. Il existe un décalage entre la perception individuelle et la vue d'ensemble. « Les médias ont leur part de responsabilité. Ils accentuent les choses qui vont mal mais ne mettent pas assez en avant ce qui va bien» poursuit-il.

Lorsque Philippe Lapousterle l'interroge sur son hésitation à écrire un livre sur le bonheur, Frédéric Lenoir confie que la question l'a longtemps intéressé certainement à cause d'une enfance difficile et une adolescence tourmentée. Après des années de travail sur lui, de séances de méditation et de réflexion personnelle, il dit préférer utiliser le mot « sérénité » que « bonheur ».

« De nos jours, l'image du bonheur est galvaudée car liée aux représentations extérieures ».

« De nombreux ouvrages sur le bonheur sont traités à travers l'angle de l'impératif comme dans un livre de cuisine. » « Or, on ne peut pas atteindre le bonheur en dix leçons. La question mérite une réflexion plus élaborée » ajoute-t-il.

Différence entre plaisir et bonheur

Selon Frédéric Lenoir, le plaisir est éphémère, la satisfaction est immédiate. « On peut prendre plaisir à manger, discuter, jouer, etc. On vit tous cette expérience au quotidien. »

Mais ce sentiment ne suffit pas. On a toujours besoin de le nourrir. D'où la naissance de certaines addictions qui peuvent être néfastes. « Trop de plaisir tue le plaisir » ironise-t-il.

La réflexion sur le bonheur est née de la réflexion sur le plaisir. « Pour construire le bonheur, il faut savoir gérer ses plaisirs ». D'après lui, nous pouvons être heureux avec peu de choses. Mais il ne faut pas perdre de vue qui l'on est, d'où l'on vient et ce qui est bon pour soi. »

Egalité face au bonheur

D'après Frédéric Lenoir, nous ne sommes pas tous égaux face au bonheur. Celui-ci dépend à 10 % de l'environnement extérieur, 50 % de la génétique/personnalité et 40 % de nos choix de vie.

L'auteur s'amuse à dire qu'il y a « les joyeux et les grincheux. Ceux qui voient le verre à moitié vide et ceux à moitié plein. » Un travail sur soi afin de maîtriser ses pensées est un exercice très efficace. « Il permet d'acquérir des idées constructives pour changer sa vie. Le simple fait d'avoir un regard différent sur les choses permet de trouver une sorte de paix intérieure. »

Il ajoute aussi que « l'amour est la condition sine qua non du bonheur ». Prendre soin de soi et de son corps est nécessaire. Nos sens ont besoin d'être nourris. Il faut penser à les exercer en écoutant de la musique, par exemple. Avant d'ajouter que « l'être humain a besoin d'équilibre pour trouver harmonie et épanouissement. »

Le bonheur est contagieux

Frédéric Lenoir explique que le bonheur est une énergie. Une personne positive, gaie, joyeuse fera grandir les personnes en souffrance. Pour lui, « le bonheur est contagieux ».

« On peut avoir de la compassion, de l'empathie pour nos proches malheureux mais il faut garder ce noyau de confiance au fond de soi, qui ne sera jamais atteint. Une sorte de citadelle intérieure. »

Vivre dans l'instant présent

Trop souvent on a tendance à ruminer le passé ou le futur. « On vit assez peu dans l'instant présent alors que celui-ci est créatif. C'est en rééquilibrant sa vie, en prenant conscience des petits plaisirs du quotidien que l'on trouvera une véritable harmonie. » Des études ont démontré que lorsque les individus sont attentifs (en cuisinant par exemple), leur cerveau sécrète des hormones qui accentuent le bien-être.  Regarder pleinement un coucher de soleil est un véritable anti-dépresseur !

Philipple Lapousterle s'amusera à conclure que « si beaucoup de personnes étaient ailleurs aujourd'hui, celles présentes dans cette salle étaient bien là ! Vous êtes contagieux, Monsieur Frédéric Lenoir ! »