Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Actualités

Les lycéens de Pau ouvrent leurs classes à une artiste

cellules citoyennes Bel Ordinaire Lycée Saint-Cricq

De janvier à mars, des élèves du Lycée Saint-Cricq de Pau ont pu participer au processus créatif de Valérie Ruiz, artiste en résidence de création en milieu scolaire. Une restitution de l'installation intitulée  Cellule citoyenne est organisée le jeudi 5 avril de 13h30 à 18h30 au Lycée, avant une présentation du 12 au 22 septembre au Bel Ordinaire.

Diplômée de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg en 1986, intéressée par les nouveaux outils multimédia, Valérie Ruiz développe une forme de création pluridisciplinaire, fruit de ses expériences multiples, en atelier, en milieu théâtral, puis en résidence in situ (milieu hospitalier, cité...).

Grâce aux dispositif de soutien aux projets d’éducation artistique et culturelle en milieu scolaire de la région Nouvelle Aquitaine, l’artiste a pu confronter son regard à celui des élèves de la classe de première du Bac professionnel SN (Systèmes numériques), options ARED (Audiovisuels, Réseaux et équipements domestiques) et RISC (Réseaux informatiques et systèmes communicants). Le Bel Ordinaire, espace d'art contemporain de la Communauté d'Agglomération Pau Béarn Pyrénées, accompagne le projet pour une diffusion du projet auprès du grand public.

Fédérateur, le projet a aussi impliqué de nombreux professeurs (génie électronique, arts-appliqués, maths-sciences, anglais, philosophie et génie mécanique) et plusieurs associations comme L’Entre-temps, le Café Suspendu et A.CO.R.

De ces rencontres sont nées 9 œuvres qui révèlent l'éveil de la conscience citoyenne et les préoccupations sociétales des jeunes Palois. Urgence-alarme : cellule citoyenne, composée de 8 modules inspirés du plan de la Bastille, évoque des valeurs fondamentales. L'humanité est une traduction en langue des signes de l’œuvre précédente. La différence s'appuie sur les drapeaux du monde pour parler de diversité ; La mixité aborde la question du genre, Sans abri est une main tendue aux plus démunis : « mon TOIT, c'est toi » peut-on y lire. L'alarme est une sorte de cabine téléphonique où les messages violents se fracassent contre des paroles d'ouverture. Le respect met en scène deux portiques avec sonnette où la liberté des uns commence là où s'arrête celle des autres. Pour découvrir le mot caché dans l’œuvre Solidarité, plusieurs mains devront appuyer simultanément sur des interrupteurs. Public, propose une rencontre avec le public sous forme de QCM et de jeux.

Retour aux actualités