Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Pau

Rencontres Littéraires

Les idées mènent le monde

Actualités

Pau favorise la coopération entre les polices

police_quotidien

C’est un acte fondateur auquel a procédé François Bayrou, ce jeudi 12 avril : la signature avec le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Gilbert Payet, et Cécile Gensac, Procureur de la République, de la mise en place dès septembre 2018 de la Police de Sécurité du Quotidien. L’objectif est d’expérimenter avec des moyens nouveau cette forme de prévention et d’intervention de sécurité.

Les chiffres de la délinquance sur Pau, communiqués par la directrice de la sécurité publique Brigitte Pommereau, « sont en amélioration ». Un progrès favorisé, détaille François Bayrou, « par les actions mises en place, aussi bien le réseau des 65 caméras de vidéo-protection que les équipes de nuit et les unités canines de la police municipale. Les échanges avec la police urbaine nous ont permis d’améliorer la sécurité dans la ville. »

Mais Pau ne s’en contente pas. François Bayrou rappelle que « le ministre de l’Intérieur a retenu Pau parmi les villes chargées d’expérimenté la nouvelle forme d’action de sécurité. » Une volonté gouvernementale justifiée par « la situation de Pau un tout petit peu particulière. Bien sûr il y a la situation qui mérite l’attention en matière d’ambiance, de sécurité, dans les deux quartiers qui ont été désignés », mais pour François Bayrou le principal intérêt de cette expérience « n’est pas focalisé sur Ousse-des-Bois ni sur Saragosse. Le but, c’est de montrer qu’on peut avoir une politique nouvelle, efficace et originale en matière de coordination et de programmation d’interventions entre les services de police, la municipale et celle de l’Etat. »

François Bayrou en est persuadé, « on pourra faire beaucoup mieux ensemble que ce qu’on fait insuffisamment séparément. »

« C’est un travail de longue haleine que nous allons commencer », se félicite-t-il. « Il va nous permettre de mettre en commun les informations, les moyens d’intervention, de présence, de proximité et de prévention. » Cette expérience, validée par le ministre de l’Intérieur, va se concrétiser par la création d’une dizaine d’emplois. Une idée favorisée par la logique même : « Quand les habitants se sentent menacés, ont besoin d’une présence, d’une intervention, ils se moquent bien de savoir si c’est un policier d’Etat ou un policier municipal qui intervient. Ils veulent une réponse rapide et efficace à leur appel. »

 

Une délinquance en baisse

Pau travaille à la sécurité de ses habitants au sens large. « On a changé l’ambiance dans le Centre-Ville, on va changer l’ambiance dans les quartiers », insiste le maire de Pau. « Si nous les partageons, nos efforts seront beaucoup plus efficaces qu’une addition. Ce sera une multiplication avec la capacité de proposer des interventions plus rapides, plus réactives et au fond beaucoup plus proches de ce que les citoyens sont en droit d’attendre de nous. On n’est pas ciblé sur deux quartiers. On veut inventer une action de ces services de prévention et de sécurité bien plus originale et bien plus efficace ». Dans Pau, où sont déjà en baisse les chiffres de la délinquance générale (-0,8%) et les faits sur la voie publique (-2,2%).

Loin de stigmatiser Saragosse et Ousse des Bois, le maire de Pau profite de cet instant solennel pour effectuer une projection sur la sécurité au niveau des nouvelles Halles. « Quand les travaux seront terminés, les locaux de la police municipale seront installés sur la Place Haute. Elle garantira sur cet espace agréable mais qui aurait pu être sujet à des drôles de rencontres, une sécurité maximale. Le mur d’images des caméras vidéo y sera installé. Il est bluffant pour tous ceux qui s’intéressent aux problèmes de sécurité. »

 

Vigilance de voisinage

L’arrivée officielle de la Police de Sécurité du Quotidien est l’occasion de signaler un point encore sensible. Il concerne la hausse des cambriolages (+7,9%). Pour y remédier, la Ville va promouvoir la vigilance de voisinage. François Bayrou explique : « Chacun peut signaler une voiture bizarre stationnée, une agitation particulière dans une maison normalement vide. On va aussi développer les alertes par sms. » En revanche, l’autre chiffre en hausse n’est pas significatif d’une détérioration de la situation : +6,6% de violences aux personnes, François Bayrou le rappelle : « Un plus grand dépôt de plaintes ne veut pas dire plus de violences. Depuis les campagnes de sensibilisation, les femmes osent porter plainte ».

Retour aux actualités